Concours
Apparences trompeuses

Les familles sans histoire n'existent pas...

Chacune est unique, et même si les liens qui unissent ses membres sont profonds, ils peuvent parfois s'avérer particulièrement complexes! Vous vous sentez interpellé par cette thématique?

Participez au concours littéraire Apparences trompeuses en nous racontant une histoire de famille, qu'elle soit réelle ou fictive. L'originalité de votre récit, la richesse de la narration et la qualité du français seront les critères qui guideront le jury dans le choix des cinq finalistes.

Par la suite, les textes de ces cinq finalistes seront publiés sur le site web d'Apparences et soumis au vote du public pour déterminer le texte gagnant.

Votre participation pourrait vous permettre de remporter de magnifiques prix en plus de voir votre talent littéraire reconnu.

Notre concours est terminé, merci d’avoir participé!

Texte gagnant

Arabesques et Puma roses

Sarah Deschênes

Mes parents nous déposent devant l'entrée principale de l'école, mon petit frère et moi. Ils attendent que nous entrions, puis ils redémarrent après nous avoir envoyé plein de becs de la main. Ça me gêne. Arrivée en haut de l'escalier, essoufflée, je les regarde s'éloigner dans leur voiture hybride. Aux feux, ils tournent à gauche : ils se rendent à leur cabinet. Pas de cause à plaider ce matin. Je continue mon chemin. La première cloche sonne. Vite! J'entre dans la classe de quatrième année et je rejoins Juliette, qui remarque tout de suite mes nouveaux Puma roses. Depuis le temps qu'on les regardait aux pieds de notre ennemie, la « supposément si belle » Lili-Rose! Mes parents m'avaient demandé d'économiser vingt dollars pour payer une part de la facture et, samedi dernier, j'avais enfin pu aller acheter mes souliers de rêve. Madame Nathalie interrompt notre excitation pour nous remettre la note de notre dernière composition. La paume de mes mains devient moite. Heureusement, je suis la deuxième sur l'ordre alphabétique et madame Nathalie commence par le début, aujourd'hui. Je regarde ma copie : 22,5/25. Est-ce que ça suffit, pour devenir virologue?

Le cours de français, la récréation, le cours d'éthique et culture religieuse. La tête me tourne un peu. J'essaie de me concentrer sur l'histoire de madame Nathalie. J'y arrive pas. Je me concentre sur mes souliers. Je les trouve beaux. Tout se met à bouger autour de moi. Ah! le travail d'équipe! Mes coéquipiers déjà rassemblés me font signe de les rejoindre. Je me lève. Je tombe.

Je suis étendue sur un lit très étroit. L'infirmerie. Il est quelle heure? Je me redresse : mon cours de ballet! Les auditions pour MON rôle principal, celui pour lequel je fais tant de sacrifices depuis cinq mois! Madame Nathalie met sa main sur mon épaule et m'incite à m'étendre de nouveau. L'horloge en haut de la porte indique 11h27. Fiou! Ça va.

Mais madame Nathalie n'est pas de cet avis : - Simone… c'est la troisième fois que tu t'évanouis ce mois-ci. Qu'est-ce qui se passe?
Je hausse les épaules. J'en sais rien.
- Et puis, tu es toute pâle… tu as perdu du poids… Est-ce qu'y a quelque chose dont tu voudrais me parler?
Je fais non de la tête. Mon ventre gargouille.
- T'as pas mangé ce matin? Tu sais qu'il faut déjeuner, hein?
- Je sais. J'ai mangé!
Elle me sourit. Je l'aime beaucoup, madame Nathalie. Elle met des soleils sur mes copies. Ça fait joli et mes parents sont contents.
- Mais t'as faim quand même?
- C'est parce que plus tard, j'vais être très intelligente, moi, madame Nathalie!
Elle sourit encore, mais ses sourcils se froncent :
- C'est évident! Et c'est ça qui te donne faim?
- Oui. Hier, j'ai pas été assez intelligente, ça fait que j'ai eu très faim cette nuit et que là, j'ai encore un peu faim.
Elle n'a pas l'air de comprendre. Ça me paraît évident, pourtant.
- C'est l'exposé!
- Quel exposé?
- À la maison! J'ai pas trouvé de sujet, alors j'ai pas eu droit au souper!
- Tu veux dire au dessert?
- Non, non. Au souper. C'est pour devenir intelligente!
- Et c'est comme ça tous les soirs?
Je fais signe que oui.
- Et ton petit frère?
- Même chose! Lui aussi il veut être intelligent plus tard! Par contre, c'est moins long, parce qu'il est tout petit. Il doit parler cinq minutes tandis que moi, c'est quinze minutes!
J'ajoute fièrement :
- C'est long, hein?

Est-ce que j'ai dit une bêtise? Madame Nathalie a l'air horrifiée.

Qu'ont en commun les auteurs Serge Boucher, Marie-Sissi Labrèche et Maxime Olivier Moutier? Ils ont tous les trois ausculté la famille dans leurs écrits. Retrouvez-les sur la Zone d'écriture de Radio-Canada et cueillez au passage leurs réflexions et conseils avant de sauter vous aussi dans l'arène.

HISTOIRES DE FAMILLE

Cinq prix à gagner

Gagnant

Un grand prix consistant en une bourse en argent de 3000$.

Finalistes

Quatre (4) prix secondaires d'une valeur de 500 $ chacun consistant en des bons d'achat dans une librairie Renaud-Bray